Provisoire

A l'aube de grands changements
(toujours) tourmenté par des souvenirs douloureux

le (toujours) est modulable

toujours et tourmenté font "toutou"
ce qui a un côté
pop sixties ou je ne sais quoi
qui n'a rien pour me
enfin je n'ai rien contre mais

non j'ai peut-être bien tout pour
Tout pour "toutou" de toujours tourmenté

Je ne sais pas
ne m'en veuillez pas d'être indécis car à l'aube souvent de grands toujours changements voila-t-y pas que
des souvenirs douloureux
me tortourmentent me torturent et me tourmentent à tort

tourmentator

ce n'est peut-être aussi qu'un mensonge qui fait un tour sur lui-même le tourment des sou-tourment des sou-tourment des souvenirs douloureux

l'éternel recommencement il me faudrait relire l'éternel recommencement il me faudrait relire
la mer aussi toujours recommencée la mer aussi oui

Mais je n'ai pas le temps de relire

Je classe je trie je range je prépare je me prépare et j'essaie de voir si quelque chose en moi s'est réparé à l'aube
de grands changements je les espère je les attends et à la fois mais, ou juste et, ou juste parfaits, sans déconner,
toujours me tourmentent
des sous, des doux, des voeux, des lourds, des nir, des re

des souvenirs douloureux

à l'aube d'enfin faire quelque chose je regarde derrière et je vois
ce que je vois dedans
ce que je vois devant
à l'aube enfin je vois l'aube toujours

j'ai survécu
j'ai survécu à mes adverbes de temps
longtemps

et je crois bien que je survivrai encore
mais chaque espoir chute
chut ! chaque espoir
chaque espoir chute et chaque fois
plus aiguisé le couperet
et chaque fois de plus haut la tête tombée
si vous m'autorisez
chers bourreaux motivés
la métaphore osée

et chaque fois renaît
chaque fois renaît l'aube

c'est normal me dit-on
c'est ce que font les aubes.

j'en suis de l'aube, j'y suis déjà, j'en suis encore
quoi qu'il se fasse déjà treize heures la banque fermée probablement pas de courrier acheter café dessert aubes et crépuscules finir poème